Dieu et nous
Dieu et nous

L'existence de Dieu ?

La question est une des plus importantes que l'homme ne se soit jamais posée depuis l'âge où il se protégeait des bêtes sauvages au fond d'une grotte.

Ce qui est terrible si j'ose dire, c'est que la réponse est tellement évidente, tellement énorme que beaucoup ne la voient pas ou ne l'envisagent même pas.

Nous vivons dans un monde trés compliqué.

Nous devons étudier, apprendre à endurer, travailler.

 

La science nous apprend jour aprés jour que tout ce qui nous entoure reléve d'une formidable complexité: l'évolution génétique, l'expansion de l'univers, notre propre cerveau.

 

Nous n'avons pas l'habitude de la simplicité, elle est pour nous suspecte, nécessairement fausse, simplicité = enfance. Nous, nous sommes des adultes, avec un esprit capable d'arpenter de complexes chemins. Orgueil quand nous tient.

 

Toute solution à un questionnement doit s'arracher de haute lutte.

L'univers, notre esprit, tout doit nécessairement relever d'une formidable mécanique qui nous dépasse et qui est tout sauf simple.

 

Aussi, si on nous dit que l'ensemble des questions fondamentales de l'être humain trouvent leur explication en Dieu, notre esprit rationnel se cabre.

 

Dieu existe ? Ce serait trop simple. C'est lui qui nous a créé ? Pfff, l'explication est trop infantile... pourquoi pas le Pére Noël...et pourtant.

 

Je suis désolé de l'apprendre à certains, mais oui, effectivement, la réponse est devant nos yeux, tellement immense que nous ne la voyons pas.

 

Rappelez-vous ce que vous avez ressenti la derniére fois que vous avez plongé votre regard dans celui d'un bébé et que celui-ci en retour vous a adressé un sourire radieux.

Ne vous êtes vous pas senti plus petit que lui ? Désarmé ?

 

Ce regard que nous avons tous croisé, n'était pas un regard malicieux, mais un reflet de la plus grande des simplicités, celle de Dieu.

Un Dieu qui ne cache rien, et à qui rien ne peut être caché, un Dieu ineffable qui se contente d'être, tout simplement, et qui embrasse d'un Amour infini toute sa création.

 

Fondamentalement, l'existence de Dieu ne peut pas se "démontrer", c'est une question d'Amour entre lui et nous. Et l'Amour ne se reproduit pas en laboratoire.

 

Il est question ici, ne nous trompons pas, de prendre conscience de son existence, non pas de le connaitre, car c'est impossible.

 

Dieu est ineffable, et plus on progresse dans sa connaissance, plus on comprend son ineffabilité, ce qui donne un certain vertige et une joie toujours plus grande.

 

Prendre concience, petit à petit qu'il ne peut être défini par quelque moyen que ce soit, et qu'aucun concept, ni aucun adjectif ne saurait s'en rapprocher. Voilà la vraie joie que l'on ressent toujours plus fort, la conscience toujours plus aigüe qu'il est unique, indescriptible, qu'il n'appartient à aucune Loi physique, qu'il dépasse l'imagination, et que la seule infime connaissance que nous pourrions avoir de lui est cet Amour, cette Foi douce et lumineuse qui n'est que le pâle reflet d'une part infinitésimale de son Etre.

 

Dieu existe et il a tracé de nombreux chemins pour nous conduire jusqu'à lui.

 

Avant de parler de ce point, j'aimerais dans cette page plutôt expliquer pourquoi il est faux d'affirmer sa non existence, c'est je pense un point fondamental.

Ne pas se refuser "dés le départ" la possibilité de la plus importante découverte que chaque être vivant doit faire dans sa vie.

 

 


Non, Dieu n’est pas responsable du mal sur la Terre, et l’existence du Mal ne démontre pas l’absence de Dieu :

J'ai entendu plusieurs fois: "Dieu n'existe pas !"... .

 

Mais encore faut-il l'avoir cherché ou tout du moins être sorti de chez soi, et avoir ouvert les yeux.

 

Quand on pose la question, on entend souvent : "Si Dieu existait, il ne permettrait pas que le monde souffre autant, il n'y aurait pas de maladies, guerres, viols, assassinats ...".

 

L'idée générale étant que soit Dieu est responsable de tout ce qui se passe sur Terre et alors on ne veut même pas envisager son existence, car il serait cruel; soit il n'existe tout simplement pas .

Ce n'est pas lui qui lance des ouragans, des tsunamis, des tremblements de terre. Pourquoi Dieu serait-il responsable de tout ce mal ? Qui a dit qu'il en était l'origine ? Dieu est infiniment bon, il est Amour; faire le mal serait se renier lui-même et cela n’a aucun sens.

Est-ce sa faute si tant d'hommes font le mal ?

Est-ce sa faute si les hasards de l'évolution génétique font qu'au jour d'aujourd’hui nos corps ne sont pas encore parfaits et sont soumis à d'affreuses maladies ou au cancer ?

Je crois que cette liberté immense qui nous a été offerte s'inscrit jusque dans nos cellulles. Elles mêmes sont libres de ne pas s'agencer exactement comme elles le devraient.

C’est une tragédie, j’en conviens quand la maladie, la souffrance ou la mort vient à toucher un enfant. Mais nous sommes ce que nous sommes, des êtres de chair et de sang, fragiles.

Notre corps est un miracle en lui même, capable de se réparer, grandir, s'adapter, d'avoir des enfants. Mais cet incroyable ingénierie n'est pas toute puissante, ni indestructible.

Nous tombons malades, nous vieillissons, nous avons des accidents, nous mourrons, tout cela est lié à notre nature même d’être humain.

 « Mais pourquoi Dieu ne fait rien ? »

Qui a dit qu’il ne faisait rien ?

Dieu oeuvre sans cesse, mais le respect qu'il a pour notre libre arbitre et l'immense amour qu'il a pour nous font qu'il reste le plus discret possible. Il ne faut pas faire l'erreur de penser que parce que Dieu est Dieu alors ses inerventions doivent nécessairement être spectaculaires, grandioses, agrémentées d'effets pyrotechniques et de sons de trompette.

Dieu est Amour, et son intervention dans nos vies se situe donc essentiellement à ce niveau, car Dieu se donne lui-même en permanence.

Ne vous êtes vous jamais demandé d'où venait la force immense qui animait certains malades. Ceux-ci font souvent preuve d'une force, d'un calme et d'un amour stupéfiants alors que nous jugerions logique qu'ils soient accablés de chagrin et de douleur.

Certaines personnes déplacent littéralement des montagnes. Créant à partir de rien des orphelinats, des hospices, des associations de renommées mondiale soulageant la misére.

On pourrait trouver une multitude d'exemples du même ordre.

Cette force immense que nous constatons est en fait l'oeuvre de Dieu à l'intérieur de nous.

L'intervention de Dieu et qui nous touche tous, baptisés ou non, c'est cela.

Il nous communique de la Force quand nous en avons besoin, du Courage quand nous n'en avons plus, de la Joie et de la Paix quand la souffrance est trop forte, de l'Amour quand nous désespérons.

Mais n'espérez surtout pas de Dieu qu'il aille foudroyer des criminels, réduire en cendres des dictateurs ou des tueurs en série, non.

Dieu est Amour, l'Amour ne fait pas ces choses là.

L'Amour espére envers et contre tous.

L'Amour pardonne encore et toujours.

 

L'intervention de Dieu la plus grande a été d'envoyer  son fils unique Jésus il y a 2000 ans.

 

Quel plus grand sacrifice, quel plus grand don peut faire un Pére si ce n'est son propre Fils ?

 

Celui-ci a prêché pour nous ouvrir les yeux et nous sauver de nous-mêmes, celui-ci est mort pour nous, lui, le fils de Dieu afin de racheter nos fautes et nous rouvrir les portes du Ciel.

 

Pour s’en convaincre il suffit de lire le nouveau testament (seconde partie de la bible).

Il se dégage une grande force de cet écrit qui est une compilation de plusieurs textes de contemporains ou quasi contemporains de Jésus.

Sous un angle plus actuel, Dieu fait régulièrement des miracles. Il suffit de consulter ceux de Lourdes notamment , ou de se documenter un peu (cf. les miracles opérés par le Padre Pio). Certains diront que c’est l’effet placebo qui joue… Mais quand la chair d’un visage se régénère spontanément et à une vitesse 100 fois plus élevée que ce que peut faire une cellule, ou quand une petite fille recouvre la vue alors que ses yeux sont dépourvus de pupilles, on est quand même obligé d’admettre, que oui, Dieu fait quelque chose.

Seulement effectivement, il n’intervient pas en permanence et pour tout le monde. Il nous a voulu infiniment libres.

Arrêtons-nous quelques instants… Que ressentirions-nous sincèrement si Dieu étendait sa main à chaque fois que quelque chose ne va pas dans le monde ? Si une force invisible retenait systématiquement le bras de tous les meurtriers, rebâtissait instantanément les bâtiments qui s’effondrent, éteignait en nous toute trace de colère à chaque fois que nous nous emportons? Est-ce que tout cela relèverait d’un grand Amour pour nous autres les hommes ? Ou ne nous sentirions nous pas en permanence indignes, incapables, surveillés, ou au mieux traités en enfants ? Nous souffrons certes, nous mourrons, nous avons des maladies, mais nous ne sommes que des êtres fragiles, et nous sommes aussi libres de faire le bien que le mal.

Tout ce mal que nous endurons est le prix de notre liberté.

Quand nous souffrons, Dieu souffre avec nous. L'aide essenielle qu'il peut nous apporter est liée à sa propre nature. C'est l'Amour, la force d'endurer, de supporter cette souffrance qu'il n'a jamais souhaité pour nous.