Dieu et nous
Dieu et nous

Obstacles à la Foi

Il peut exister de nombreux obstacles à mon sens plus ou moins conscients .

 

 

  • La crainte

 

On peut penser qu'en gardant enseveli bien au fond de son coeur le germe de sa Foi, on se garde d'une part de ne pas croire bien sûr mais aussi et surtout de ne pas décevoir Dieu.

On pense qu'en se persudant qu'il n'existe pas, on ne risque pas de le décevoir par les fautes plus ou moins grosses que l'on a pu commettre.

 

Quelque part, on s'auto-sensurerait.

 

Mais il ne faut pas avoir peur de Dieu.

 

Le seigneur n'est pas un Dieu de colére ou de vengeance.

Il est un Dieu d'Amour et de miséricorde. Il ne se lasse jamais de nous pardonner.

Il faut simplement s'avancer vers lui avec un coeur sincére et aimant.

Nous sommes tous pécheurs, nous commettons tous des péchés, cela est lié à notre faible nature d'être humain.

Ce qui est important c'est de faire de notre mieux pour ne pas retomber dans les mêmes erreurs, et tâcher du mieux que l'on peut de ne plus pécher.

Demander humblement et sincérement pardon sans rien essayer de dissimuler au Créateur, car ce serait l'offenser gravement, vu qu''il sait tout de nous.

 

Dieu connait notre faiblesse, c'est pourquoi notre seigneur Jésus, Dieu et fils du Dieu, posséde le pouvoir de "lier et délier les péchés". Ce pouvoir miséricordieux, il l'a transmis à ses apôtres alors qu'il était incarné sur Terre parmi les hommes.

Eux mêmes l'ont transmis à leurs disciples, et ce jusqu'à nous.

 

C'est ce qui s'appelle dans l'Eglise, le sacrement du Pardon et de la Réconciliation.

 

 

  • La peur de la contrainte

 

La loi que Dieu avait donné à Moïse comprend 10 commandements.

Ces dix commandements peuvent se résumer en deux comme nous l'enseigne Jésus :

 

Extrait de l'Evangile selon Matthieu, un pharisien l'interroge :

...

Et l'un d'eux, docteur de la Loi, l'interrogea pour l'éprouver:
36 Maître, quel est le grand commandement dans la Loi?
37 Et il lui dit: «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, et de toute ton âme, et de
toute ta pensée».
38 C'est là le grand et premier commandement.
39 Et le second lui est semblable: «Tu aimeras ton prochain comme toi-même».
40 De ces deux commandements dépendent la Loi tout entière et les prophètes.

...

 

 En ces deux commandements, on comprend que la seule et unique condition pour vivre selon le coeur de Dieu est L'Amour.

Si on se laisse guider entiérement par l'Amour, alors tout vient naturellement.

Ainsi, avoir la Foi consiste à mettre l'Amour au centre de sa vie, de ses pensées, de ses actions.

Est-ce une contrainte ? Probablement pas. Mais une philosophie de vie belle et noble.

 

Nous avons tous une grande admiration pour ces saints et ces saintes qui ont su au cours de leur vie se donner entiérement aux autres.

Ils ont renoncé aux richesses, à la renommée, jusqu'à eux mêmes, faisant systématiquement du bonheur de leur prochain une priorité absolue. Toute leur vie ils se sont appliqués à aimer comme Jésus, comme Dieu nous aime.

 

Peut-être nous sentons nous indignes, impuissants, incapables d'imiter ces hommes et ces femmes. Bien sûr, dans notre infinie diversité, il serait faux de dire que nous avons tous autant de force et une foi aussi puissante qu'eux. Mais essayer de tendre vers cet exemple, faire de notre mieux pour aimer, n'est ce pas là en vérité un beau but dans la vie ?

 

Nous ne sommes que de passage ici bas , une petite étape avant de continuer aux cieux notre longue route. Donc autant prendre un peu d'avance vous ne croyez pas ? :-)

 

 

  • La pression sociale

 

Nous vivons dans un monde où l'argent, la science et la technologie sont omniprésents.

L'homme ne cesse de découvrir, d'apprivoiser la Nature.

Il est aussi et en permanence angoissé par la possibilité de manquer, d'être au chômage...

Nous vivons dans un monde trés dur totalement monopolisé par le concret.

Dans nos civilisations occidentales, nous avons oublié, perdu de vue le vrai sens de la vie.

Gagner de l'argent, avoir le dernier appareil à la mode, toutes ces choses doivent rester à leur juste place.

Nous sommes assommés par la publicité, pressés en permanence, et dans ce monde un peu fou que nous avons construit, nous nous retrouvons prisonniers de modéles de pensées génériques.

 

Ainsi la quête de spiritualité, du sens de la vie, de Dieu peut sembler à beaucoup, superflu ou non avenu.

A quoi bon chercher Dieu alors que somme toute nous pensons être heureux (même si cela implique de consommer sans fin).

 

Il ne faut pas avoir peur de sortir des sentiers battus. Chercher Dieu est un élan que nous avons tous, mais plus ou moins enfoui sous les strates de notre vie trépidante.

 

Osons dire stop, prenons du temps pour nous. Interrogeons nous.

Suis-je vraiment heureux ? Si je dis que j'ai la Foi, va t'on se moquer de moi, m'exclure ? A tout cela, je dirais Non.

 

Se poser des questions peut sembler angoissant, on a peur de ne pas trouver de réponse. Mais la Foi nous donne des réponses que le plus grand des sages ne saurait trouver.

 

 

  • Le "refus de la soumission"

 

Nous connaissons tous cette maxime : "Ni Dieu, ni maître".

Nous avons tous, et c'est bien normal, soif de liberté, d'être entiérement maîtres de nos vies, de notre destin.

Là encore certains s'auto-sensurent car victimes d'une autre idée préconçue qu'ils nourrissent envers leur Créateur.

Dieu serait notre maître, et par la même, accepter d'avoir un Dieu serait admettre implicitement que nous serions un esclave.

Rien n'est plus faux.

Dieu nous a créés, non pour sa gloire personnelle, ou pour avoir le plaisir d'imposer sa puissance et sa domination à des êtres inférieurs à lui.

Dieu nous a créés par amour. Notre Dieu est un Dieu d'amour.

Or, l'Amour a cette particularité, que pour exister et se sublimer, il doit être partagé.

Ainsi avons nous été créés.

Mais Dieu ne veut pas de soumission, Dieu ne nous considére pas comme des êtres inférieurs à lui.

Dieu nous considére comme ses enfants car c'est ce que nous sommes tous, ses enfants.

Intellectualiser la relation entre nous et Dieu dans une quelconque hiérarchie n'a aucun sens.

 

Est-ce-qu'il viendrait à l'esprit de quelqu'un de renier son pére pour ne pas avoir à se sentir inférieur, ou redevable ?

Ainsi notre relation à Dieu est-elle on ne peut plus simple et saine.

Nous sommes ses enfants, et lui, notre Pére.

Et comme tout Pére, tout ce qu'il souhaite, c'est notre bonheur, et si possible notre amour.

Voilà la seule chose que Dieu souhaite humblement.

Que nous l'aimions.

Où est la soumission la dedans? Ou l'autorité ?

Dieu nous aime, et parce qu'il nous aime, il a soif de notre amour.

Dieu est un être d'une puissance infinie.

Il pourrait trés bien changer des montagnes en diamant ou la couleur des océans pour nous forcer à admettre son existence.

Mais il ne le fait pas, il respecte notre liberté justement,il prend ce risque immense en permanence de n'être ni aimé, ni reconnu, ni rien du tout, alors qu'il nous a tout donné, jusqu'au martyre de son fils unique sur la croix.

 

 

  • Le rationalisme

 

C'est peut être un des pires obstacles qui soit.

 

On cherche à tout expliquer selon les maigres connaissances que nous avons.

Le monde rationnel qui nous entoure nous force à raisonner rationnellement.

Etre rationnel est synonyme souvent d'intelligence ou de raison.

Le probléme étant que la Foi ne reléve pas de la rationnalité, elle est affaire d'Amour, hors l'Amour n'à que faire de la rationnalité.

Dieu ne se cherche pas avec la raison, mais avec le Coeur.

Plusieurs fois j'ai entendu que Marie était une simple femme, Jésus, un simple être humain, les miracles, des paraboles, etc ...

 

Il est plus aisé de nier ce que l'on pourrait considérer comme "merveilleux".

C'est une attitude défensive assez commune qui consiste à avoir peur de ce que l'on ne connait pas.

Quand on voit que la science tend à rabaisser l'Amour à un simple processus électrochimique, c'est vraiment à désespérer.

Quel mauvais esprit peut donc chuchoter à l'esprit de certains chercheurs ?

Qui a eu cette idée génialement stupide que certaines molécules étaient à la base des sentiments et non l'inverse ?

Quels sont ceux qui s'acharnent à tout rabaisser à la matiére ?

La matiére à son importance évidemment mais elle n'est pas une finalité en elle même.

Quel orgueil démesuré de certains, quel aveuglement, quelle tristesse.

Il faut savoir chasser l'orgueil de son coeur, nous ne sommes que des grains de poussiére, notre science ne maitrise pas tout, loin de là.

 

 

  •  La facilité

 

Mal inspirés tout au long de notre évolution nous avons encore et toujours progressé dans la technologie, la science, en nous coupant de plus en plus du spirituel.

Nous avons choisi la facilité, le matériel.

Nous avons construit notre monde autour de celui-ci.

Il n'y a qu'à voir la place qu'occupent la religion, les arts et la philosophie.

Ils ne font pas le poids face à un footballeur ou une starlette de téléréalité.

Reste à espérer que la crise que traverse notre monde occidental va nous aider tous à nous recentrer sur ce qui est important; l'amour, la vie, Dieu.

C'est malheureux, mais souvent l'évolution passe par la souffrance, sinon, pourquoi évoluer ?

La souffrance nous pousse à chercher des réponses, une issue, pour ne plus souffrir.

Elle nous fait prendre conscience que peut être nous empruntons une mauvaise voie, ,puisque nous aboutissons dans une impasse. Nous nous mettons donc à réfléchir, à nous interroger, pour nous en sortir; et de ce questionnement salvateur et fondamental peut jaillir la lumiére.

 

 

  • Les idées préconçues

 

La religion catholique prône les principaux enseignements de Dieu, à savoir l'Amour, et tout ce que cela implique.

L'Amour n'est pas guerrier, il ne se bat pas, il ne se défend pas, il ne donne pas de leçons.

C'est notamment pour cela que le christianisme a toujours été et est encore l'objet d'attaques diverses, allant de la simple plaisanterie aux affirmations les plus sales.

 

Le Paradis est réservé aux seuls chrétiens, pour les autres, eh ben tant pis pour eux.

 

Cette idée avait été l'une des miennes pendant trés longtemps jusqu'à ce que je reçoive la Foi.

Encore une idée fausse. Dieu nous a tous créés, il nous aime tous sans distinction. Les seuls à pouvoir nous couper de Dieu c'est nous mêmes, par un refus conscient, délibéré. Mais attention, je parle d'un refus en toute connaissance de cause. Je suis intimement persuadé, que combien même on puisse passer toute sa vie sans avoir été touché par la Foi, Dieu se présentera à nous au moment de notre départ vers le Ciel pour nous accompagner. Dieu n'est pas moins miséricordieux que nous. Il nous connait , il nous aime tous comme un pére.

 

Les catholiques sont de doux rêveurs qui vont à la messe pour se donner bonne conscience et qui regardent en l'air quand un pauvre leur tend la main.

 

Nous avons les deux pieds bien sur terre. Nous prions le Seigneur pour qu'il y ait plus d'Amour et de Paix sur terre car nous avons une conscience aigüe du mal et de la misére du monde.

Peut-être que certains d'entre nous, moi le premier, nous ne nous préoccupons pas assez des pauvres, oui, trés certainement; on peut, et on doit toujours faire mieux et leur sort nous est tout sauf indifférent.

Nous ne faisons pas publicité pour nos bonnes actions, ce serait indécent.

Nous allons à la Messe non par devoir ou scrupule, mais par Amour de Dieu et pour lui rendre grâce.

 

Les actes de pédophilie de certains ministres du seigneur ne sont pas le signe d'un mal de plus grande ampleur.

 

L'Eglise du Seigneur est composée d'hommes et de femmes qui aspirent à la perfection. Mais ne nous trompons pas, l'Eglise n'est bien évidemment constituée que de pêcheurs, car nous le sommes tous. Nous aspirons à faire de notre mieux, à être un jour dignes de notre Seigneur, mais il ne faut pas croire qu'en faisant partie de l'Eglise de Jésus nos pêchés disparaissent brusquement et que nous devenions tout puissants et à l'abri du pêché. Devenir meilleur et combattre le mal au quotidien est l'affaire d'une vie, voir plus.

L'Eglise est constituée d'hommes et de femmes , certains sont exceptionnels, beaucoup sont bons, certains peuvent être mauvais hélas, mais ils ne sont pas la majorité.

Il ne faut pas faire d'amalgames grossiers entre les fautes de certains et l'Eglise toute entiére qui est la premiére à souffrir quand des faits aussi abjects se produisent.

 

Les moines et les religieuses entrent dans les ordres pour fuir un monde auquel ils  n'arrivent pas à s'intégrer.

 

Beaucoup font une fixation sur la vie de couple.

Mais vivre en couple et avoir des activités sexuelles ne sont pas le signe unique et évident d'une vie réussie.

Vivre avec le Christ, avoir eu la chance de sentir l'appel de Jésus est une chose merveilleuse.

L'Amour de notre Seigneur est infiniment plus beau, puissant et joyeux que tout ce qui existe sur Terre.

Etre en communion avec Dieu au point de ne ressentir plus d'autre envie que de vivre uniquement pour Lui et par Lui, voilà en vérité une trés grande Grâce.